Page en cours de chargement

Dernier écho

Le monde entier se connecte désormais à : ascannes-generations.fr pour tout savoir sur le club de football de la ville la plus connue au monde ….Alors , vous aussi ,rejoignez-nous dès à présent sur ascannes-generations.fr….A tout de suite avec les Rouge et blanc d’hier et d’aujourd’hui……..


Commander le livre

Bon de commande  boutons (36).gif
Le fil info

 ANCIENS JOUEURS ISSUS DE L’AS CANNES AYANT JOUE EN EQUIPE PROFESSIONNELLE (Présents le Dimanche 2 juin 2013 et dont certains joueront le match de Gala de l’Hommage à Jean VARRAUD )
Jacques Grattarola, Raymond Villa, Jean Galfré, Joseph Lui, Jean Bernard Lamberti, Gérard Bertrand, Armand Goiran, Charly Loubet, Max Chabaud, Henri Lisnard, Gérard Gasparini, Jean Savelli, Guy Sporn, Jacques Duclercq, Marc Durini, Daniel Revelli, Gilbert Cassar, Jean Selles, Robert Ascher, Michel Triscornia, Gérald Roux, Bernard Gaide, Jean Luc Marini, Patrick Teissier, Henri Aiglin, Bernard Casoni, Yves Bertucc, Eric Cattet, Daniel Simon, Jean Louis Garcia, Bruno Chaverot, Ludovic Debru, Alain Ravera, Georges Montanella, Ludovic Pollet, Johan Micoud, Romain Ferrier, James Hindmarch, Sébastien Frey, Nicolas Vanvinckt, Jure Primorac, Christophe Mey, André Pénalva, Frédéric Brando, Stéphane Roda, Mathieu Beda, David Bellion

ANCIENS JOUEURS ISSUS DE L’AS CANNES MEMBRES de l’Association des Anciens DRAGONS (Présents le Dimanche 2 juin 2013 et dont certains joueront le match de Gala de l’Hommage à Jean VARRAUD) ASSOCIATION DES ANCIENS DRAGONS DE L’AS CANNES. Stéphane Ferrier, Vincent Planté, Thomas de Pariente, Frédéric Dufau, Carlos Fernandes, Romain Ferrier, Antoine Freddolini, Bernard Lambourde, Stéphane Martino, Philippe Raschke, Gérôme Thibault, Patrick Barul, James Hindmarch, Tayeb Belmihoub, Maouche Amrane, Denis Armbruster, Dominique Barberat, David Bettoni, José Bray, Philippe Carrat, Lionel Firly , Eric Giacopino , Vincent Madelaine, Michael Marsiglia, Stéphane Roda, Pascal Souchette, Bruno Bellone, Franck Boschelli, Lilian Compan, Wilfrid Gohel, Franck Gomez, Laurent Leroy, Nordine Mouka, David Saffioti, Johan Micoud, Patrick Vieira,

 

L'album souvenirs
Documents archivés
Don à l'AVC
 Une partie importante des bénéfices réalisés par la vente de ce livre , plus de 1200 euros, a été versée  à  l’association A.V.E.C. (l'Association pour la Vie, Espoir  contre le cancer) dirigée par le Professeur David Khayat .    

 Présentation de l'AVC
boutons (36).gif
Les TV sportives

     logo_sportitalia.jpg     

     logo_laola.jpg

      logo_fest-pas-tv-pm.jpg
                 

     
logo-mcs.jpg
 

 logo-ligue1-tv-pm.jpg

   Logo_lnv.jpg
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Sur le tas - Avec Romain Rocchi
 

Face à face avec le capitaine du F.C. METZ qui n’a pas oublié ses débuts à la Bocca

 

Romain ROCCHI  


      «  Cannes , restera le Club de mon cœur ………. »


 

 rocchi-3.jpg          

rocch-6.jpg

Cet homme du Sud de la France est devenu cette saison le maître à jouer du plus célèbre de tous les maillots grenats de l’hexagone, celui du Football Club de Metz.

Né à Cavaillon il y a tout juste 32 ans, Romain Rocchi, formé à Cannes par Michel Dussuyer, est devenu un capitaine lorrain ambitieux.  

Romain a accepté le jeu d’un questions-réponses sans concession. Rocchi aimerait terminer sa carrière « chez lui » à… Cannes au beau milieu du « club de son cœur » comme il dit. Ecoutez cet homme de qualité que nous avons retrouvé avec plaisir…

Tu n’es pas resté longtemps en place. Après avoir été formé à Cannes avec Michel Dussuyer, tu as porté le maillot du Paris-Saint-Germain, puis celui de Bastia, d’Ajaccio, du FC Metz une première fois, ensuite tu as signé au Hapoel Tel Aviv avant de rejoindre Arles-Avignon et une fois encore le FC Metz. Comment expliquer ce retour en Lorraine ?

Metz est un club que j’ai connu entre 2008 et 2010. J’ai toujours eu d’excellents contacts ici. Avec Angie, la maman de Lou-Anne notre fille, nous avons gardé des amis à Metz. J’aurai pu resté à Arles qui est un peu ma région, j’ai une maison là-bas mais, il y avait une fois encore un super challenge à tenter à Metz. D’autre part, mon rôle cette année est d’encadrer de jeunes footballeurs de bon niveau. Cela dit, j’étais attaché à Arles-Avignon, je ne vais rien cacher.

Ton passage à Tel Aviv ?

J’avais décidé de quitter la FC Metz après deux grosses déceptions, deux échecs dans notre tentative d’accession à la Ligue 1. Un cycle venait de se terminer à Matz, j’en ai pris conscience. Avec Tel Aviv j’avais l’occasion de jouer la Ligue des champions et puis, je ne vais rien te cacher, financièrement la proposition était très intéressante. C’était un pari un peu fou, je l’ai tenté. J’avais 28 ans, disputer des matchs de Ligue des champions face à des adversaires comme Lyon, Benfica ou Schalke c’était magnifique.

Le football en Israël ?

C’est avant tout un pays qui adore le football. Le Hapoel Tel Aviv, c’est un peu le Lens israélien. Je suis resté six mois là-bas, à la trêve, j’ai signé à Arles-Avignon. En choisissant ce retour en France, j’avais l’opportunité de retrouver ma région et la Ligue 1.

Tu as connu Bastia et Ajaccio, le mieux c’est jouer à Furiani avec le maillot bleu du Sporting ou porter celui de l’AC Ajaccio à François Coty ?

Bastia respire plus le football, c’est indéniable. A Ajaccio le club a grandi très vite. La culture du football est moins évidente. Entre Bastiais et Ajacciens, il y a deux mentalités différentes. J’avais beaucoup d’amis à Furiani.

Tu avais connu le président Marcel Salerno à Cannes, tu l’as retrouvé à Arles-Avignon. Quel est ton avis sur ce dirigeant passionné ?

Nous le connaissons tous, toi, moi et beaucoup d’autres. Il a ses qualités et ses défauts. Je le respecte. Cela dit, il faut reconnaître que son bilan sportif n’est pas fantastique. Aujourd’hui, par exemple, dans le football, il n’a rien prouvé. Marcel Salerno a réussi dans les affaires. En matière de football, il essaye de proposer, de faire certaines choses.
 

Tu as retrouvé David Suarez à Arles-Avignon. Vous aviez été partenaires à l’AS Cannes…

Ce fut un grand plaisir de le retrouver là-bas. C’est un joueur , un homme simple. Je lui avais conseillé de venir à Arles-Avignon.
 

Des nouvelles de Monsieur Carlos Molinari ?

Je continue à l’appeler « Président »… Il est bien sûr toujours présent au FC Metz.

 

 

Tu préfères l’ambiance de Furiani ou celle de Saint-Symphorien ?

En Corse, je n’ai pas connu la folie d’une montée par exemple. Ici à Metz nous sommes en plein renouveau. Lors de notre match contre Nancy, il y avait 25 000 spectateurs au stade. Cela dit, pour l’instant nous jouons le maintien avant tout. Il faut 44 points pour se maintenir. Albert Cartier, notre entraineur essaie de redonner une âme à l’équipe. Il y arrive. C’est l’homme de la situation.

Tout au long de ta carrière, quel fut l’entraîneur qui t’as marqué ?

Dans une carrière, tous les coaches sont importants car ils te font avancer… Chaque entraîneur est une nouvelle étape. Parmi d’autres, j’ai connu Halilhodzic, Luis Fernandez, Courbis, Troin, Michel Dussuyer, au centre de formation a été très important dans mon début de carrière à l’AS Cannes, il a noté mes qualités et des défauts.

Une grande déception dans ta carrière ?

Evidemment ce match perdu (2-1) en mai 2002 à Coubertin contre Valence. Ce jour-là, devant un stade archiplein, si nous gagnons, l’AS Cannes retrouve la Ligue 2. Ce fut une énorme déception. Cela dit, si nous étions remontés en Ligue 2, je ne serais pas allé à Paris… Il y a eu d’autres déceptions comme être resté à l’AC Ajaccio lorsque nous sommes redescendu ou ne pas avoir retrouvé la Ligue 1 avec le FC Metz entre 2008 et 2010.

Ton avis sur le Paris-Saint-Germain d’aujourd’hui ?

C’est un football d’une autre planète ! Pour réussir à s’imposer au P-S-G, c’est toujours très compliqué. Il faut avant tout être un extra-terrestre. Je n’avais pas les épaules assez larges pour m’imposer à Paris, être titulaire au Paris-Saint-Germain. Ce qu’ils réussissent aujourd’hui est tout simplement exceptionnel. Paris-Saint-Germain est un plus incontestable pour la Ligue 1. Le groupe de Laurent Blanc réalise régulièrement des matchs et des gestes de haut niveau. En revanche, je suis plus déçu par l’AS Monaco et Falcao.

Le championnat français de Ligue 1 aujourd’hui ?

Il faut être clair, il n’y aura jamais vingt Paris-Saint-Germain dans le championnat de France. De tels clubs tirent le football vers le haut. Cela dit, le contexte financier actuel oblige les clubs à s’appuyer de plus en plus sur la qualité de leur centre de formation. A Metz par exemple, nous ne sommes repartis qu’avec des jeunes footballeurs de qualité. Aujourd’hui dans le football, il y a deux combats différents : celui qui repose sur l’argent et celui qui s’appuie sur les centres de formation.

Tu as gagné la Coupe de France en 2004 avec le Paris-Saint-Germain ?

Exact, ce fut une belle satisfaction. J’ai eu la chance de lever cette Coupe de France.

On revient rapidement sur ton passage au Paris-Saint-Germain. Qu’en retiens-tu ?

« Gaby » Heinze est un joueur qui m’a beaucoup apporté. Il avait cette « Grinta » des Argentins qui ne lâchent jamais. Pauletta était un grand professionnel. Letizi aussi m’a apporté beaucoup de choses. J’ai énormément appris à Paris. Dans le football professionnel, il faut savoir être humble, accepter, écouter l’expérience des autres. Il est important de savoir recopier, savoir « pomper » sur les plus forts. C’est un peu comme à l’école…

Comment envisages-tu ton avenir ?

Continuer à prendre du plaisir en jouant au football, poursuivre l’aventure, vive d’autres belles choses grâce au football.

L’AS Cannes aujourd’hui en CFA qu’en penses-tu ?

J’espère toujours voir Cannes remonter en National puis en Ligue 2. Tu sais j’ai tout appris à Coubertin. Cannes restera le club de mon cœur. Si un jour ou l’autre je pouvais terminer ma carrière à Cannes, je serais le plus heureux…

Propos recueillis par Hervé SOMNARD



 
rocchi-1.jpg                                   


 
En haut du texte :
 Au Paris Saint-Germain .  L'honneur de porter la tenue du Paris-Saint-Germain et de gagner la Coupe de France en 2004 avec le club de la Capitale...
 Le retour à Metz : : Romain Rocchi a retrouvé le FC Metz au début de l'actuelle saison avec des ambitions intactes.

En bas du texte :  
 Maillot bleu . L'AC Ajaccio fit partie des nombreux clubs qui accueillir Romain Rocchi

Date de création : 16/12/2013 @ 19:24
Dernière modification : 16/12/2013 @ 19:24
Catégorie : Sur le tas
Page lue 1655 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


La chaine TV de Festival Passions

Les médias partenaires

       logo-kissfm.jpg   logo-m6.jpglogo-m6.jpg   Logo_France_Bleu_Azur.jpg     logo-equipe-tv.jpg   logo-equipe.jpg   logo-mcs.jpg  logo-cheriefm.jpg  logo-rmc.jpg    logo_rtl2.jpg    logo-nrj.jpg     logo-tf1.jpg   logo-france2.jpg logo-france3.jpg   logo-france-infos.jpg  logo-radio_france.jpg  logo-rtl.jpg  logo-radioazur.jpg      logo_traficfm.jpglogo_traficfm.jpg  logo-journal_provence.jpg   logo-radio_nostal.jpg   logo-onze_mond.jpg  logo-canal.jpg    logo-cannes_soleil.jpg   logo-france_foot.jpg   logo-europe1.jpg  logo-actu-foot.jpg
   


Recherche



L'agenda 21 de Cannes
Les albums photos
L'A.S.Cannes Foot
Le R.C.Cannes Volley
Les infos du Volley-Ball
Un grand merci à ......
Les amis
    routier-sympa_2.jpg

   Sicom-pm.jpg 

 

  gilbert-herve2.jpg

Les médias partenaires

       logo-kissfm.jpg   logo-m6.jpglogo-m6.jpg   Logo_France_Bleu_Azur.jpg     logo-equipe-tv.jpg   logo-equipe.jpg   logo-mcs.jpg  logo-cheriefm.jpg  logo-rmc.jpg    logo_rtl2.jpg    logo-nrj.jpg     logo-tf1.jpg   logo-france2.jpg logo-france3.jpg   logo-france-infos.jpg  logo-radio_france.jpg  logo-rtl.jpg  logo-radioazur.jpg      logo_traficfm.jpglogo_traficfm.jpg  logo-journal_provence.jpg   logo-radio_nostal.jpg   logo-onze_mond.jpg  logo-canal.jpg    logo-cannes_soleil.jpg   logo-france_foot.jpg   logo-europe1.jpg  logo-actu-foot.jpg
   

Calendrier
^ Haut ^